Il y a quelques mois, m'est venu à l'esprit une idée qui me semblait à ce moment là, bonne.

Je déménageais pour devenir propriétaire d'une petite maison. J'emménageais normalement avec ma dernière, mais je proposais également à ma seconde (qui vivait très mal chez son père) de venir s'installer avec nous si elle le souhaitait.

Mon entourage ne fut pas du même avis sur le qualificatif de "bonne" idée. J'allais au devant de problème, et peut-être de gros problèmes.

Mes relations avec ma fille étaient à mon avis suffisamment bonne pour qu'on puisse vivre dans une parfaite entente.

Mouais... c'est beau l'illusion. Le problème c'est qu'on redescend très vite de son petit nuage pour attérir brutalement sur l'asphalte. Et l'atterrissage est d'autant plus douloureux qu'il est violent.

Après quatre mois dans notre nouvelle demeure et disons-le pour moi au moins 2 mois et demi passés hors de mon domicile, je me demande aujourd'hui si j'ai pas fait une connerie et si je n'aurais pas dû la laisser chez son père.

L'entente est loin d'être cordiale. L'entente est même orageuse voire très orageuse. L'explosion détonne au moindre désaccord. Et j'ai du mal à comprendre pourquoi et comment on en est arrivé là. Dès le troisième jour de vie commune, c'est l'engueulade. C'est comme inévitable. Pour un rien, ça explose. Je me demande ce que j'ai bien pu lui faire pour qu'elle me parle sur ce ton, pour qu'elle n'ai aucune compassion pour mon pied cassé, pour qu'elle m'envoie bouler comme elle le fait. J'ai juste l'impression que tant qu'on la sert tout va bien, dès qu'il est question qu'elle serve quelqu'un rien ne va plus.

Et là je ne sais pas quoi faire.

Beaucoup me dirait "Attends elle a 26 ans t'as qu'à la foutre dehors" ! Mais le problème est que je me refuse de la mettre dehors. Ma mère l'a fait pour moi, j'avais 19 ans, j'en ai 52 aujourd'hui, et je ne peux toujours pas lui pardonner ce qu'elle a fait. Il est hors de question que je vive la même chose avec ma propre fille.

Mais voilà, je ne sais si c'est la vie qu'elle a eu avec son père qui l'a poussé à devenir égoiste au point d'en être presque égocentrique, mais les faits sont là. C'est elle d'abord et les autres on s'en fout. En tout cas en ce qui me concerne. Car les relations qu'elle a avec sa soeur et son copain n'ont rien à voir avec la manière dont elle me traite.

Je ne vais quand même pas quitter ma maison à tout bout de champ pour avoir la paix avec ma fille ? Le pire c'est qu'aucun dialogue n'est possible. J'ai juste l'impression qu'elle est mieux quand je ne suis pas là.