Coeur... Tout un programme... Pour celles et ceux qui me suivent depuis des années, "Coeur" n'est autre que Monsieur X. Pourquoi X ? Ahhhh pourquoi... vous le saurez au fil de l'histoire. Enfin si je n'oublie pas de vous narrer ce passage là.

J'ai donc fait la connaissance de Monsieur X également sur un forum de poésie. Oui sous chaque poète se cache un homme éperdument amoureux et mal dans sa peau. Ce Coeur là était l'incarnation même du poète. Enfin je devrais dire "est" sauf que j'espère qu'il est bien mieux et heureux aujourd'hui. Enfin je fais plus que l'espérer car la semaine dernière* il était en vacances avec sa copine en amoureux donc je vais dire qu'il est heureux.

Ce fameux 21 juillet de l'an 2002, je reçois un message de la part d'un participant à mes forums (j'étais administratrice à ce moment là d'un forum sur le site de poésie qu'on avait ouvert avec un ami poète) qui voulait savoir comment il fallait faire pour centrer son texte sur le topic. Oui aujourd'hui ça peut paraître absurde de questionner l'administratrice pour ça, mais à ce moment ça ne l'était pas du tout. Nous étions tous un peu novice en matière de mise en forme sur le net. Mais faut reconnaitre aussi que sa question était aussi juste un moyen "officiel" de pouvoir entrer en contact avec moi :) et aujourd'hui je le remercie d'avoir pris cette initiative :D

Comme il n'avait rien compris à ma réponse, on a décidé de se connecter sur msn pour que je lui donne les codes html pour le centrage de ses vers... quand j'y repense... il n'a pas raté son coup le Monsieur X. Et dès les premières minutes, c'était le coup de foudre fulgurant. Comme électrocutée. Je vais parler de moi là, de ce que j'ai ressenti. Je n'ai jamais cru au coup de foudre. Encore moins au virtuel. Mais vous savez quoi ? le virtuel c'est pire que tout le reste et en plus c'est traitre, car c'est un coup de foudre "spirituel" et on n'est jamais préparé à ça parce qu'en plus il ne disparait jamais vraiment. Dès les premiers instants, j'ai su que quelque chose était entrain de se passer. Déjà je connaissais Monsieur X à travers ses poèmes. J'étais déjà admirative de ce qu'il écrivait avant même qu'il ne s'adresse à moi. Chacun de ses vers était comme une lance qui me perforait le coeur. Chaque mot me touchait au plus profond de moi-même. Pourtant il était loin d'écrire comme moi j'écris et loin aussi de ce que j'aime habituellement. Ses poèmes à l'instar de ceux de Louise étaient régulièrement tristes et d'une écriture des plus complexes. On sentait une certaine culture derrière tous ces mots. Et cela me fascinait. (Bon faut dire que j'ai toujours était fasciné par les personnes cultivées moi qui ne retient rien de rien et qui a un vocabulaire des plus populaires) C'est marrant parce qu'il n'y avait pas un poème (enfin presque pas on va dire) pour lequel il ne fallait pas que je me serve du dictionnaire pour chercher un mot inconnu pour moi. Je déteste ça naturellement. Sauf que là, j'étais éblouie. C'est donc aussi tout naturellement que nos mots qui étaient tout d'abord très "professionnel" si je puis dire, sont devenus plus intimes. Et une belle histoire d'amour a commencé. Une histoire passionnée. Une histoire comme je le disais aussi déchirante et bouleversante. J'aurais tout quitté pour lui à condition qu'il en fasse autant pour moi. Sauf que ce n'était pas le cas. Vous connaissez la lacheté des hommes ? Elle est légendaire ;)

---

Apparté :

Je sais que parmis mes lecteurs, il y a certains de mes ex, mais aussi l'homme que j'aime actuellement. Bon vous savez tous ce que je pense de la gente masculine et comment je la porte aux nus ? Et bien ici, vous allez être carrément mis à nu. Et je vais vous faire un rhabillage en beauté ! lollll

---

Donc je disais vous connaissez la lacheté des hommes ? Un homme ne quitte que très rarement sa femme (je dis pas jamais car on va me reprocher de faire des généralités) et encore moins quand il a des enfants, même s'il est fou amoureux d'une autre femme. Monsieur X, bien que non marié, vivait en couple avec la mère de sa fille. L'amour, s'il avait été là un jour, n'était plus là depuis longtemps. Et c'était bien là le drame. Il s'ennuyait à mourir, n'aimait plus sa compagne, avait la hantise de rentrer chez lui chaque jour, mais... ne songeait pas à fuir de là. En fait y songer si. Les projets que l'on faisait montraient qu'il y songeait. Mais entre le songe et la réalité il y a tout un monde.

Et pourtant qu'est-ce qu'on s'aimait !

La première fois que j'ai vu pour de vrai Monsieur X, c'était le 17 mars 2003. Cela faisait des mois que nous échangions, qu'on s'appelait aussi, et enfin était venu le jour de LA rencontre. Celle qui fait que votre coeur bat à 10000 à la seconde tant et si bien que vous pensez que jamais vous n'arriverez à destination. Celle qui fait aussi que vous croyez que tout est possible tout en vous imaginant que ça va être la cata et que vous vivez là la plus grosse peur de votre vie.

En 2003 j'avais 43 ans et lui en avait 38... (un âge fatal pour moi que ces 38 ans chez l'homme ;)) A 43 ans on s'attend à ce qu'une femme ait la tête sur les épaules, mais moi j'avais surtout la tête dans les étoiles... et les plus belles étoiles qu'il m'ait été permis de voir. Quand j'ai pris le train pour l'est, je me disais que j'étais folle que je ne connaissais rien de lui, même si je pensais tout connaitre, que je pouvais aussi tomber sur un pervers, un fou... Oui fou il l'était, mais de moi. En tout cas tout le montrer. Ce jour là a été la première fois que j'ai trompé mon mari. J'étais complètement inconsciente de ce que je faisais et quand j'y repense aujourd'hui je crois que je devais être vraiment et complètement  folle ! Il n'y a pas d'autres mots.

Cette folie nous a conduit aussi à passer un week-end complètement à nous. Nous avons saisi l'occasion d'une rencontre poétique sur Paris, pour décider de passer le week-end ensemble. De plus une amie nous avait cédé l'appartement qu'elle gardait pendant les vacances pour nous permettre de nous vivre pleinement.

Et là croyez moi ou pas, j'ai vécu le plus magique des week-ends que Dieu m'ait donné de connaitre. Jamais plus je ne pourrais vivre ça. Et pour plusieurs raisons : d'une part parce que ce ne sera jamais plus la première fois que je dormirais avec un homme qui n'est pas mon mari tout en étant mariée et encore en couple, ensuite parce que ce ne sera plus jamais lui, un poète dans toute sa plendeur, un homme qui rêvait autant que je pouvais rêver, un homme qui pour quelques heures croyait autant que moi aux contes de fée... et enfin parce que quand on l'a vécu une fois on sait que tout ce qu'on vivra après n'aura jamais le même goût.

C'était le 16 mai 2003. Une grande date pour moi. Mon premier week-end (et le dernier) à ne vivre que d'amour et d'eau fraîche (enfin presque :)). Est-ce que j'ai déjà dit que c'était merveilleux ? magique même ? Oui je l'ai déjà dit, mais même avec les années passées, je le pense toujours.

Mais après cela il y a eu le 30 mai de la même année. Date fatidique où toute femme qui n'a pas l'habitude de tromper son époux, se fait piquer par le dit époux. La tuile... mais en même temps une tuile qui m'a permis de découvrir qui était cet homme merveilleux qui chaque jour me rendait plus femme et aimante que jamais. Cet homme qui m'écrivait des mots d'amour à n'en plus finir. Cet homme qui m'envoyait des vers à faire palir la plus grande des prostituée. Je peux vous dire qu'il faisait chaud là dedans. Et je n'ai jamais été aussi inspirée qu'en ce temps là. C'est d'ailleurs grâce à lui que j'ai créé un jour, quelques années plus tard mon premier blog... de poésie érotique ! Ben oui je me suis découvert une nouvelle passion à bien plus de 40 ans, j'étais pas mal douée moi aussi pour la poésie érotique. 

Mais revenons à ce fameux 30 mai. Alors que j'étais au bureau, je reçois un appel de mon mari... à sa voix je sentais que ça n'allait pas, je lui ai demandé ce qu'il avait et il m'a dit "J'ai lu quelque chose que je n'aurais pas dû". Et oui, il venait de "tomber" (enfin si on peut dire ça parce que c'est sur que quand on cherche on trouve forcément) sur ma correspondance avec Monsieur X. Et m'a demandé qui était ce "Coeur" à qui j'écrivais tous ces mots ? et ce que j'avais fait le 16 mai pour être sorti bien plus tôt que les autres à cette sortie de poètes ?

La suite ? Lettre de menace de monsieur mon époux à Monsieur X... "Toi aussi tu vas savoir ce que c'est de perdre ta femme et tes enfants..." Voilà ce que Monsieur X a reçu... Là dessus, non seulement je venais de comprendre que cette fois-ci c'était vraiment fini avec mon mari, mais en plus, j'ai appris par la même occasion que ça pouvait aussi être fini avec Monsieur X qui avait de son côté réalisé la mouise dans laquelle il s'était mis.

A partir de ce jour, plus rien n'était pareil. J'aurais tendance à dire que plus rien n'était possible, mais nous sommes l'un et l'autre de vraies têtes de mules et donc nous voulions y arriver malgré tout.

Et c'est là justement que les problèmes ont commencé. C'est là qu'a débuté la danse du "Quand j'avance toi tu recules..." Quand l'un faisait un pas en avant (moi le plus souvent), l'autre faisait un voire deux pas en arrière. La peur était constamment présente. La peur que mon ex lui tombe dessus, la peur que sa compagne apprenne la situation, la peur de perdre sa fille, la peur de je ne sais trop quoi encore... Chaque essai que nous faisions devenait un réel échec. Quand un rendez-vous était donné, quand le jour tant attendu approchait, je recevais un texto ou un mail m'informant que "je suis désolé Coeur mais ça ne va pas être possible", et le rendez-vous était annulé.

Pourtant les relations virtuelles que nous avions étaient des plus merveilleuses. Tant est-il qu'on puisse dire qu'une relation virtuelle peut être merveilleuse. Avec l'expérience on sait aujourd'hui qu'elle n'apporte que rêve suivi de frustration. Et de frustrations en frustrations on en arrive à se dire des mots qui pourraient dépasser la pensée si ce n'était qu'ils étaient réellement pensés à ce moment là. Puis d'un amour passionné cela se transforme en un passionnant calvaire. Un guerre à n'en plus finir de "va-t-en, reviens"... durant des mois et des mois...

Le problème de Monsieur X était justement qu'il appréciait bien plus le virtuel que la réalité. Oh pas qu'il n'aimait pas les rapprochements physiques hein non pas du tout bien au contraire, mais il avait une peur bleu de la réalité. Tant que c'était virtuel il pouvait se convaincre que tout ceci n'était pas réel. Et c'est ainsi je pense qu'il raisonnait. De plus l'avantage d'une relation virtuelle c'est qu'il peut y en avoir plusieurs à la fois sans que personne n'en sache rien. Je dois reconnaitre que j'ai toujours pensé que bien qu'éperdument amoureux de moi, le coeur que je convoitais adorait papillonner à gauche à droite sur la toile.

Et nous passions notre temps à nous aimer follement virtuellement et à nous rejeter violemment toujours virtuellement, jusqu'à ce que je n'en puisse plus. Je ne compte plus les fois où nous avons rompu. Je crois que c'était notre jeu préféré d'ailleurs la rupture... peut-être était-ce pour mieux nous réconcilier après ? Je n'en sais rien.

Puis un jour, après réconciliation, le 5 juillet de l'an 2004, nous avions prévu un rendez vous. Nous ne nous étions pas revu depuis le 16 mai de l'année précédente... (C'est marrant d'ailleurs parce que même encore maintenant, je pensais qu'il s'était passé des années entre ces deux dates, mais en les écrivant je me rends compte qu'il ne s'est passé qu'une année plus deux mois. C'est rien dans la vie d'une femme, mais punaise qu'est-ce que ça pèse dans ma vie !) Je l'avais prévenu que si il annulait encore, cette fois-ci c'était terminé, je ne reviendrais plus. Il m'avait promis qu'il ne pouvait rien arriver. Jusqu'à la veille au soir où je recevais un message me disant que notre rencontre était annulée. C'était la 3ème et dernière rencontre annulée. Je l'avais prévenu et j'ai tenu ma promesse. Le soir même je m'inscrivais pour la première fois sur un site de rencontre et je l'en informais. Sa réaction a été "Ca ne marchera pas tu n'es pas une femme comme ça". Euh... tu voulais dire quoi ce jour là ??? lollll

C'est ainsi que le 21 juillet je m'inscrivis sur un autre site de rencontre (on ne tombe pas sur le bon au premier coup ;)) et que le 12 aout je fis la connaissance de Monsieur D....

 *-*-*-*

* "Semaine dernière" enfin au moment où j'ai écrit ce billet date qui remonte au 18/04/11

NB : Ce billet a été écrit le 18 avril dernier. Il aurait dû être publié dans la foulée, mais il ne l'a pas été. Pourquoi ? la crainte d'une part de la réaction de Monsieur X qui ne va pas manquer de me lire, mais aussi un calendrier galère depuis ces derniers mois...